Détails architecturaux

« Les moellons équarris jointoyés sont indiqués pour toute la construction. Nous avons absolument proscrit à l’extérieur tous les enduits parce qu’ils sont aussi coûteux que les joints, parce qu’ils ne sont pas solides et parce qu’ils offrent toujours, sous notre climat froid et humide un aspect sale et désagréable. En laissant les moellons apparents, nous obligeons du reste, l’entrepreneur à soigner davantage une maçonnerie dont il ne pourrait ainsi que difficilement cacher les défauts. » F.D.

image : LE PULEY

« La critique adressée à l’emploi du moëllon apparent et de la pierre taillée, comme plus coûteux que l’emploi de la brique, ne se justifie ni par l’usage, ni par les prix du pays. Les habitants du bourg de Saint Martin en Bresse, qui certes ne font pas des constructions de luxe, emploient aujourd’hui les moëllons dans les murs tels qu’ils sont levés dans les carrières du Jura et la pierre taillée pour les encadrements d’ouvertures, même dans les constructions rurales. »F.D.

A noter : la pierre de taille, généralisée pour les chaînes d’angles, les retraites de parements à chaque niveau, les corniches, les rampants et crossettes de pignon, et d’une manière générale pour tous les supports (corbeaux, piliers d’arcades) proviennent le plus souvent de carrières locales. Toutefois, certaines sont importées de carrières réputées mais éloignées des chantiers (Saint-Martin-Belle-Roche pour Chasselas, La Roche-Vineuse, Massilly, La Vineuse pour Lournand, La Roche-Mouron (Etang-sur-Arroux) et Chambois (Tavernay) pour La Grande-Verrière, pierre ocre de Clessy en Charolais pour Perreuil, etc. On sait par exemple pour Thurey que la pierre était acheminée par train de Fontaines en Chalonnais jusqu’à Louhans où un tailleur de pierre la prend en charge, puis, une fois taillée, transportée par charroi sur le chantier. A Cussy-en-Morvan, les supports de voûtes des préaux conservent les marques des tâcherons. Dulac lui-même exploitait ses propres carrières à l’aide de tailleurs qu’il avait formés, et faisait livrer la pierre à partir de la gare de Genouilly.

>> St Germain-les-Buxy. Dessin de l’architecte
Archives privées

Image : SAINT-BERAIN

image : THUREY

« Toutes les ouvertures sont encadrées de pierre taillée et ont des linteaux droits. Les chanfreins qui accusent les arêtes intérieures n’ont pas été projetés seulement pour donner un meilleur aspect à la construction, mais aussi pour prévenir les éraflures et les écornures que subissent si facilement les arêtes laissées vives. » F.D.

A noter : au-dessus des baies, les linteaux sont protégés par des arcs de décharge, généralement briquetés, associant ainsi l’effet esthétique à la structure (voir ci-dessous « Décor »).